lundi 5 décembre 2011

Les souvenirs m'observent - Tomas Tranströmer

"Ma vie." Quand je pense à ces mots, je vois devant moi un rayon de lumière. Et, à y regarder de plus près, je remarque que cette lumière à la forme d'une comète et que celle-ci est pourvue d'une tête et d'une queue. Son extrémité la plus lumineuse, celle de la tête, est celle de l'enfance et des années de formation. Le noyau, donc sa partie la plus concentrée, correspond à la prime enfance, où sont définies les caractéristiques les plus marquantes de l'existence. J'essaie de me souvenir, j'essaie d'aller jusque-là. Mais il est difficile de se déplacer dans cette zone compacte: cela semble même périlleux et me donne l'impression d'approcher de la mort. Plus loin, à l'arrière, la comète se dissout dans sa partie la plus longue. Elle se dissémine, sans toutefois cesser de s'élargir. Je suis maintenant très loin dans la queue de la comète: j'ai soixante ans au moment où j'écris ces lignes."

Ainsi commence le seul livre du poète suédois Tomas Transtromer écrit en prose. La postface du traducteur Jacques Outin en explique la genèse: "Le manuscrit des souvenirs m'observent, rédigé durant les années 80, était à l'origine dédié aux deux filles de l'auteur" (...) "Il s'agissait donc pour lui de relater l'avant guerre, la seconde guerre mondiale et l'après guerre  telles qu'il les avait vécues. En Suède, cette période fut marquée par le rigorisme, un amour profond et romantique de la nature, un patriotisme dans l'air du temps et une troublante neutralité face à l'Allemagne"

Huit courts chapitres composent ce livre, on y découvre un enfant, marqué par le divorce de ses parents, situation plutôt rare pour l'époque et passionné par les sciences naturelles. Il fait du Muséum National d'Histoire Naturelle son lieu favori de sortie. C'est la découverte de l'école et de la sévérité des maitres, Tomas Transtromer fait d'ailleurs fait allusion au film Tourments de Alf Sofjberg inspiré par l'adolescence de Ingmar Bergman scénariste et premier assistant à la réalisation du film, tourné dans l'établissement du poète qui participa  au tournage en tant que figurant... Cela se termine par sa rencontre avec un professeur de latin, un conservateur imperméable à toute forme de modernité, qui lui fit découvrir la beauté de la poésie d'Horace.

Nous dévoilerons pas tous les souvenirs de ce jeune homme qui se rêvait entomologiste ou explorateur et qui devint un des plus grands poètes de son temps. C'est à lire, c'est une très belle porte d'entrée pour découvrir l’œuvre de cet immense poète, Prix Nobel de Littérature.


Edité chez le Castor Astral.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...